Gluten free

Comme je vous l’avais annoncé, durant 3 semaines, j’ai “testé”, j’ai mangé sans gluten.

Premièrement, cela me dérange que l’on parle du “régime sans gluten” car ce n’est pas un mode d’alimentation destiné à perdre du poids. Certes, il est possible d’en perdre car on élimine finalement une grande partie des produits industriels (y compris les bouillons cubes et la moutarde, qui contiennent du gluten… merci les industriels!) et on se tourne vers des produits plus naturels.

Mais, à la base, le fait de manger sans gluten est le SEUL ET UNIQUE moyen pour les personnes atteintes de la maladie coeliaque d’éviter les crises. On parle donc d’une maladie et du régime d’éviction très contraignant qu’elle implique pour les personnes malades. Il ne s’agit en rien d’une mode ! 

Et pourtant, aujourd’hui, beaucoup de personnes déclarent se sentir mieux sans gluten…Personnellement, je pense que le problème majeur dans notre alimentation n’est pas le gluten mais bien plus tous les produits (additifs alimentaires, sucres raffinés, mauvaises graisses, pesticides…) qui sont rajoutés dans ce que nous (vous? ils?) consommons. Qu’ils contiennent ou non du gluten, ces derniers peuvent en effet avoir des conséquences sur notre organisme mais aujourd’hui, nous n’avons pas assez de recul (et les industriels ne font bien évidemment pas d’études) concernant l’effet de ces produits chimiques.

Nos grands parents consomment du blé (des pâtes, du pain…) depuis des centaines d’années. Mais, le blé qu’ils consommaient n’était pas le même que celui que nous trouvons aujourd’hui dans les céréales du petit déjeuner par exemple…

J’ai testé durant trois semaines : aucun changement. Je ne me suis pas sentie mieux. je ne me suis pas sentie pire. Aussi parce que, bien que je consomme du gluten et donc, du blé, de l’avoine, de l’orge ou du seigle, je le consomme sous forme naturelle (pâtes complètes, blé complet, flocons d’avoine…) et non sous forme très transformée, additionnée à une multitude de produits chimiques (colorants, conservateurs, acidifiants, édulcorants…). Aucune différence donc.

Pour les personnes consommatrices des produits industriels (plats préparés, céréales, biscuits, sauces prêtes à l’emploi…) la mise en place d’une alimentation sans gluten peut en effet avoir des conséquences positives pour leur transit, leurs maux de tête, leur état général car elles auront supprimé beaucoup de produits qui, finalement, ne sont pas sains.

Pensons alors aux personnes réellement intolérantes au gluten pour qui la suppression totale de ces aliments est obligatoire : On retrouve du gluten partout… même dans des choses improbables, ce qui rend l’éviction difficile et coûteuse ! En effet, les industriels ne se gênent pas pour mettre du gluten dans leurs produits de base pour ensuite sortir une gamme sans gluten 3 fois plus onéreuse… honteux.
Et, il en faut de l’imagination pour manger sans gluten, bon et ne pas avoir de carences.

Chapeau donc à toutes ces personnes coeliaque qui scrutent les étiquettes à la recherche du SABOT et qui rivalisent d’ingéniosité pour concocter de bons plats avec les autres céréales et féculents. 

WP_20150326_002

Pour se faire plaisir à la maison, sans le gluten, voici une excellente recette :

Carrot Cake (pour 9 parts) : 

Ingrédients

  • 300 g de carottes râpées
  • 100 g d’amandes en poudre
  • 100g de noisettes en poudre
  • 50 g de noix hachées (ou noix de pécan ou noix de macadamia)
  • 2 jaunes d’oeufs, 3 blancs d’œufs
  • 30 g de farine de riz complet
  • 30 g de maïzena
  • 100 g de sucre de canne
  • 1 cuillère à café de bicarbonate de soude
  • 1 pincée de sel
  • le zeste et le jus d’un citron non traité
  • 1 cuillère à café rase de 4 épices
  • 2 petits suisses
  • 1 sachet de sucre vanillé

Préparation

Mélangez les jaunes d’oeufs  avec la cassonade jusqu’à ce que la préparation blanchisse puis ajoutez-y la poudre d’amandes, la poudre de noisettes, les farines, le bicarbonate, les noix, les épices en poudre, les zestes, les carottes et le jus de citron. Montez les blancs en neige ferme avec une pincée de sel, et ajoutez-les délicatement à la première préparation.

Recouvrez le fond d’un moule carré (ou rectangulaire) de papier sulfurisé et versez-y la pâte.  Lissez la surface avec une spatule et enfournez pendant environ 45 minutes. Le gâteau est cuit lorsque la pointe d’un couteau ressort sèche et chaude. Laissez refroidir le gâteau et, pendant ce temps, mélangez les petits suisses avec le sucre vanillé. Étalez ce mélange sur le gâteau et régalez-vous.

Pour se faire plaisir au restaurant, sans le gluten, voici un excellent endroit :

Soya 

20 Rue de la Pierre Levée, 75011 Paris
01 48 06 33 02

Sans gluten, bio et végétarien : de la cuisine fraîche et savoureuse, pour redécouvrir des saveurs  naturelles.

Pour un brunch excellent le samedi ou le dimanche : 27€ avec buffet à volonté, un jus de fruit fraichement pressé et boisson à volonté.

J’y ai dégusté de délicieux falafels, une exquise soupe de patate douce, de succulentes lasagnes, des salades variées, du houmous à tomber, un moelleux au chocolat au miso étonnant …le tout végétarien, bio et sans gluten ! UN PUR RÉGAL. 

WP_20150328_002-2

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.